Un nouveau guide de prise en charge des réactions lépreuses

L’Organisation Mondiale de la Santé a publié tout récemment un Guide de prise en charge des réactions lépreuses et de prévention des infirmités (Leprosy/Hansen disease : management of reactions and prevention of disabilities).

Ce document d’une soixantaine de pages constitue une revue très complète et très pratique de ces différents sujets, dont on peut souligner qu’ils représentent le principal écueil actuel de la lutte contre la lèpre. En effet, si la prise en charge purement bactériologique de la maladie peut être considérée comme assurée dans la très grande majorité des cas, les réactions lépreuses représentent aujourd’hui la principale cause d’infirmité liée à cette maladie. C’est dire l’importance de leur dépistage et de leur prise en charge, le plus précocement possible et selon des moyens éprouvés.

Certains points développés dans ce document nous semblent fort judicieusement mis en exergue : la possibilité de névrites « silencieuses », indolores mais pas moins destructrices pour autant, qui ne pourront être diagnostiquées que par des bilans neurologiques standardisés effectués régulièrement lors du suivi de patients connus; la reconnaissance de l’existence de douleurs neuropathiques non névritiques, volontiers tardives et relevant d’une prise en charge médicamenteuse spécifique à ce type de douleurs (gabapentine, amitriptyline), très différente donc de celle d’une authentique névrite; les recommandations visant à standardiser la recherche de troubles neurologiques lors du suivi des patients, notamment sur le plan sensitif ; l’inutilité de traiter une névrite installée depuis plus de 6 mois.

On peut regretter l’absence de recommandations innovantes concernant les difficiles formes récidivantes de réactions (notamment des réactions de type 2), mais des données non formellement établies n’avaient sans doute pas leur place dans un tel document se voulant manifestement consensuel.

De nombreux algorithmes et schémas complètent ce document extrêmement utile que tout léprologue devrait conserver à portée de main !

Dr Antoine Mahé, le 23/11/2020